Wanda Group envisage un méga projet à Madrid

Torrejón de Ardoz, 2 oct. (EP) Wanda Group, le groupe du magnat chinois Wang Jianli ayant acquis l’emblématique immeuble de la Plaza de España à Madrid, envisage de construire un grand complexe de loisirs dans la capitale, a indiqué le Président de la Communauté de Madrid, Ignacio González. González a affirmé que grâce à des projets comme celui de Wanda Group, la Communauté de Madrid va « jusqu’au bout » et espère, dans ce cas, éviter les mêmes difficultés survenues avec Eurovegas, surtout à échelle nationale. Lors des déclarations faites mardi aux médias, en réponse à leurs questions sur le projet de Wang Jianli, le Président Régional a affirmé ne pas savoir ce que Mariano Rajoy, le Président du Gouvernement, a déclaré lors de son voyage en Chine, puisqu’il n’était pas présent, mais il a précisé savoir que les hautes instances madrilènes sont en contact avec Wanda Group depuis des mois et qu’elles y travaillent. Après avoir souligné que ce projet n’a « rien à voir » avec Eurovegas, González a admis que depuis les négociations dans le cadre de l’implantation du projet de Sheldon Adelson dans la région, « des groupes d’investisseurs sont arrivés en masse dans l’idée d’y développer des projets ». Le Chef du Pouvoir Exécutif autonome a expliqué que « le groupe ayant acquis l’immeuble de la Plaza de España est l’un de ceux intéressés par la réalisation d’un grand investissement dans la région afin d’y construire une centre commercial et de loisirs ». Depuis la clôture de l’opération portant sur l’immeuble de la Plaza de España, les conversations ont démarré et, aujourd’hui, ils y travaillent. « Le fait que le Gouvernement soit intéressé nous favorise », a-t-il insisté. « J’espère que nous pourrons continuer de travailler et que les difficultés auxquelles nous avons dû faire face, surtout à échelle nationale afin de mener à bien le projet Eurovegas ne surviennent pas de nouveau, dans le cas où nous puissions matérialiser ce projet », a-t-il souligné. À la question de savoir s’il parle plus prudemment que dans le cas du macro complexe d’Adelson, González a déclaré « nous apprenons à nos dépens », mais il a ajouté que « lorsque la Communauté se charge d’un projet de cette envergure, elle va jusqu’au bout afin de respecter ses engagements » comme elle l’a toujours fait et accomplit avec Adelson. « Si cela dépend de nous et est intéressant pour Madrid, nous ferons tout le nécessaire pour le mener à bien », a-t-il insisté afin d’ajouter que si l’implication d’une autre administration est nécessaire, il demeurera silencieux jusqu’à sa mise en œuvre. EUROPA PRESS – Le Courrier d’Espagne avec Sol Marzellier de Pablo (www.smtraductores.com)