Ryanair : « Nous voulons contribuer au tourisme et à l’emploi »

5 millions de personnes en plus chaque année au niveau du trafic aérien espagnol, 15 millions au cours des 3 prochaines années. Voici la promesse faite par Ryanair à Aena en échange d’une baisse des taxes aéroportuaires après les augmentations  « injustifiées et excessives » des dernières années. A l’occasion d’une conférence de presse, Michael O’Leary, le président de la compagnie aérienne, annonçait qu’il souhaitait « aider à renverser la tendance à la décroissance du trafic aérien espagnol et contribuer au tourisme et à l’emploi ». Selon O’Leary, la diminution du trafic serait due à l’augmentation excessive des taxes aériennes. Celle-ci pourrait d’ailleurs continuer à augmenter en 2014 avec une prévision à la hausse de 6%. «Une stratégie du Ministère du Développement et d’Aena qu’il s’est révélé être un échec », « Si le rythme se maintient, la chute sera plus forte qu’en 2012 ». 4 à 5 millions de passagers en moins cette année Au cours du premier trimestre de cette année, une baisse de 7% a été enregistrée sur le nombre de passager espagnols. Ce sont entre 4 et 5 millions de passagers qui sont prévus en moins pour le courant de l’année, ce qui ferait tomber à 31 millions le nombre d’usagers. Il faut rappeler qu’en 2007, Ryanair comptait 11 millions d’utilisateurs. Ils étaient 35,5 millions en 2012.  Le réseau Aena a également vu sa fréquentation diminuer, les passagers étaient 210 millions en 2007 contre 194 millions en 2011. Des chiffres qui ne cessent de diminuer quand les prévisions annoncent 180 millions de voyageurs cette année. Un plan de croissance pour relancer le tourisme et l’emploi : 5000 emplois pour les jeunes Pour O’Leary, ce plan de croissance relève du sens commun et « il n’y a pas de formule magique », le plan de croissance servirait à intensifier le tourisme et serait stimulant pour des compagnies comme Easyjet ou Vueling, tandis que les autres pourraient « arrêter de réduire leur taille et miser sur la croissance ». Concernant la situation espagnol en terme de tourisme et d’emploi, O’Leary se dit « surpris » par l’attitude du Gouvernement de Mariano Rajoy qui n’a pas pris de mesures effectives contre le chômage des jeunes, chômage qui a dépassé les 50%. Une situation qu’il juge extraordinaire. « Le gouvernement devrait tout mettre en place pour attirer les touristes et créer des emplois pour ces jeunes, ils peuvent débuter une carrière dans l’hôtellerie ou le commerce, c’est ce qu’il se passe dans le reste de l’Europe ». Ensuite, il remet en question la politique touristique actuelle. « Pour stimuler le secteur touristique, il faut que le tourisme soit le moteur de l’économie espagnole ». Enfin O’Leary insiste sur le fait que sa proposition est une vraie  « opportunité de croissance » qui pourrait permettre la création de plus de 5000 emplois, en particulier pour les jeunes.