L’Espagne veut attirer plus de touristes chinois

Le pays espère accueillir un million de touristes chinois en 2020, grâce à un système simplifié des demandes de visa et à des actions de promotion plus importantes. La Chine devrait devenir, en une décennie, le premier pays émetteur de touristes dans le monde. Simplification des demandes de visa Le Ministre du Tourisme espagnol, Miguel Sebastián, a annoncé le 5 juillet dernier lors du forum Espagne-Chine à Barcelone espérer accueillir 330 000 touristes chinois cette année, un chiffre qu’il veut accroître au fil du temps, jusqu’à atteindre un million en 2020. Il présentera un plan détaillé des actions prévues dans ce but lors de sa prochaine visite à Pékin le 27 juillet. Le principal obstacle des Chinois désireux de visiter la péninsule étant l’obtention du visa, le gouvernement a déjà annoncé qu’il assouplirait les démarches. Les bureaux de demande de visas seront plus nombreux, le personnel affecté à cette tâche sera renforcé et l’émission des visas pourra être gérée en partie par des entreprises externes. L’Espagne ouvrira par ailleurs de nouveaux consulats et bureaux d’information en Chine. Un marché en forte expansion Selon les analystes, la Chine s’apprête à devenir dans 10 à 15 ans le premier pays émetteur de touristes dans le monde, avec 100 millions de touristes chinois à l’étranger en 2020. Pour les attirer, l’Espagne devra mettre les moyens pour encourager la création de lignes aériennes. Alors que la France compte aujourd’hui 63 vols hebdomadaires directs vers la Chine, il n’y a que cinq connections Madrid-Pékin et une seule compagnie: Air China. Le gouvernement espagnol prévoit également d’éditer des guides touristiques en chinois et invite déjà hôtels et restaurants à proposer des plats adaptés aux goûts des nouveaux touristes et à élargir leurs heures d’ouverture. Aurélie Chamerois