Madrid
27°
ciel dégagé
humidité: 31%
vent: 2m/s SO
MAX 40 • MIN 23
Weather from OpenWeatherMap
Oxis Immo
Le Courrier d'Espagne

« Il y a un choc à Barcelone entre le déferlement des touristes et la volonté de se retrouver entre soi »

img_6268

Laurent Gauze est entrepreneur et hôtelier sur la péninsule ibérique, ce depuis bien avant la crise. Il possède aujourd’hui 9 hôtels en franchise de la chaîne Ibis. Rencontre.

La maire de Barcelone a décidé un moratoire il y a un an, bloquant toute licence hôtelière dans le centre. Qu’en pensez-vous ?

Dans un premier temps, cette décision peut être perçue comme positive, avec l’idée d’un développement important durant plusieurs années. Cependant, cela entraîne des effets, notamment : une forte augmentation de cessions des hôtels de Barcelone, qui rend impossible la dynamique dans l’hôtellerie de la ville créée par la mise en place de nouveaux projets. De plus, le développement hôtelier en périphérie devient un peu aléatoire et cela peut générer dans le futur un déséquilibre de l’offre hôtelière.
Les 5 étoiles sont-il prêts à s’installer en zone périphérique de la capitale catalane ?

Les projets de grande qualité sont prêts à aller à Badalona et à l’Hospitalet de Llobregat, car ce moratoire correspond à un moment particulier où l’hôtellerie intéresse les fonds financiers, et si on prend en compteles taux d’intérêts extrêmement faibles et l’attractivité que représente Barcelone, cela peut entraîner un développement anarchique du marché hôtelier.

Pourquoi le tourisme de Barcelone est-il plus « polémique » que celui de Madrid ou Alicante ?

Il est plus fort, plus dynamique, quasi annuel. Polémique parce que Barcelone est une « cité monde » qui a vu le développement de son aéroport et de ses croisières s’intensifier, mais qui reste une cité qui cherche à reconquérir son identité catalane. Il y a donc un choc entre le déferlement de touristes et la volonté, sans doute difficile pour les habitants, de retrouver un mode de vie « entre soi », plus intime.

Pour vous qui possédez 9 hôtels, le touriste a-t-il évolué ces dernières années? Quelles sont les nouvelles caractéristiques de cette industrie en Espagne ?

Oui, il a évolué. La clientèle touristique s’internationalise chaque année un peu plus. Désormais, le touriste s’intéresse à la notion de services de qualité, au juste prix ou aux prix ajustés (avec les comparateurs de prix, etc.), à l’accueil, au design. Les rénovations sont désormais des éléments indispensables pour l’industrie hôtelière actuelle.
De manière générale, pensez-vous que les autorités espagnoles en font assez pour la promotion du tourisme?

On peut toujours espérer en faire plus, mais il faut constater que les résultats sont là depuis plusieurs années. Finalement, les crises autour de la Méditerranée ont eu un effet positif sur le tourisme espagnol. Il semble clair que l’Espagne est une destination touristique « mature ». Bien entendu, il est important pour les années à venir, de continuer la promotion, de fidéliser la clientèle et de la faire évoluer tant au niveau de ses envies qu’au niveau de son pouvoir d’achat.
L’Espagne a su capter toutes les lowcost d’Europe,  Alicante et Palma le démontrent. La France a-t-elle des leçons à tirer à ce sujet ?

L’Espagne a réussi à impacter grâce au low cost et à la destination plage. Un des défis à relever est de conserver la clientèle aquise, dont l’âge et le pouvoir d’achat évoluent, en misant sur l’attractivité culturelle, historique et gastronomique.

Contacter Laurent Gauze : contact@ipih.fr

A propos de l’auteur

Le Courrier d’Espagne est la première source d’informations en français sur l’Espagne depuis 2004. Le journal est diffusé sur les vols Air Europa et Air France entre l’Espagne et la France. Il est vendu dans plus de 850 kiosques. C’est le seul journal espagnol en langue française vendu en kiosque. Sur internet, lecourrier.es diffuse gratuitement le PDF papier et édite au quotidien des articles partagés sur les réseaux sociaux.

com.lecourrier@gmail.com

Page Facebook

Tweets

Suivez-nous