Madrid
20°
peu nuageux
humidité: 64%
vent: 5m/s S
MAX 21 • MIN 12
Weather from OpenWeatherMap
Oxis Immo
Le Courrier d'Espagne

Et si le Salon Toute la France revenait à Madrid ?

Il y a 8 ans, Le Courrier d’Espagne et WOMMs organisaient le Salon de la France en Espagne : une structure de 5 000 m2 abritant des PME, des multinationales françaises, un marché de producteurs du Sud-Est de la France et espace de 500 m2 pour y organiser un WOMMs de 400 personnes. Au total pendant ces 3 jours, plus de 60 000 espagnols ont visité le Salon. 

Le Courrier d’Espagne en était à sa deuxième année d’organisation de soirées afterwork hispano-françaises (organisées par WOMMs aujourd’hui). Et c’est lors d’une discussion avec l’ambassadeur de France en Espagne de l’époque, en mars 2009 au Fortuny, que nous lui avons suggéré de créer le salon de la France sur une place publique à Madrid.

« Allez-y faites ce salon, je vais vous appuyer pour obtenir la Plaza Colón » nous avait-il lancé. L’idée lui a plu, la décision fut prise et nous nous sommes mis au travail dès le lendemain.

Avec la petite équipe du Courrier, nous avons rapidement appris le métier d’organisateur de salon, nous nous sommes renseignés sur les acteurs pouvant fournir les stands et sur les structures mobiles envisageables car Plaza Colón est une place vide sur laquelle il fallait tout bâtir. Nous avons fait appel à Edourdo Martin, français spécialisé dans les structures mobiles (toujours très actif), pour organiser techniquement et juridiquement les 5.ooo m2 de structure que nous possédions.

L’accord de la mairie pour disposer de la Plaza Colón nous parvînt le 20 juin 2009 pour un salon programmé le… 4 octobre de la même année. Une pure folie quand on sait qu’il faut 18 mois pour préparer un salon ! Mais la bonne image de la France en Espagne et la motivation de nos équipes nous ont poussé à aller jusqu’au bout. Nous avons renforcé nos effectifs, passant de 2 à 4 employés, recruté 2 stagiaires et nous sommes entourés de professionnels espagnols pour la partie communication.

Pendant des semaines, nous avons fait du calling en France pour vendre nos stands. Patrick Goyet et Dominique Maulin d’Atout France sont parvenus à capter une trentaine d’exposants pour la section touristique. Géraldine Filippi et Serge Fohr de l’ambassade (AFFII et Institut Français) ont réalisé des conférences tandis que nous avons organisé des cocktails networking dans un Igloo de 80 m2 qui nous a coûté à lui seul 30.000 euros, prévu à cet effet.

Une de nos collaboratrices, aujourd’hui correspondante pour un grand quotidien français en Espagne, nous a suggéré 6 semaines avant le salon de mettre en place le Marché des Producteurs de Pays autour de la structure. Résultat : plus de 15 producteurs du sud ouest de la France sont venus reproduire un véritable marché (parmi lesquels un producteur d’escargot). C’était une première, pour une place en Espagne ! Pour que l’évènement soit encore plus exceptionnel, nous avons organisé un pique-nique géant permettant de découvrir les produits exposés. Du jamais vu sur la Plaza Colon voire à Madrid !

Cette folie a permis à plus de 60.000 visiteurs de découvrir les exposants français et leurs produits. Des parutions presse sont sorties dans plus de 53 médias dont 3 direct à la TV. Cet événement nous a aussi permis de rencontrer des artistes comme dEmo (créateur de la grenouille géante sur la place Colon). dEmo d’ailleurs nous a offert un coq géant de 6m en fibre de verre pour la 2e édition du salon sur la Plaza Mayor aux couleurs de la France. Nous l´avons offert à l’ambassade pour la remercier de son aide pour ce salon. Ce coq est toujours exposé à l’entrée de la Résidence de l’ambassadeur et les personnalités les plus importantes d’Espagne passent devant régulièrement depuis 7 ans.

Le 20 octobre 2016, Le Courrier d’Espagne a eu le plaisir d’organiser à la Résidence de France son 2ème prix à la Révélation hispano-française. L’occasion d’y revoir les français qui nous avaient aidé à l’époque à organiser ce salon, à savoir Eduardo Martín, Géraldine Filippi et Serge Fohr entre autres.

Un besoin de plateforme locale spécialisée

L’objectif du Salon était de permettre aux sociétés françaises de venir proposer leurs produits. On remarque de plus en plus que les PME françaises ont besoin de rentabiliser assez rapidement leur investissement en Espagne et que leur principal souci est de rencontrer des clients potentiels espagnols ainsi que des partenaires espagnols.

« On n’a pas besoin de venir en Espagne pour vendre à des Français, affirme un industriel de l’agro-alimentaire. Les Français nous connaissent déjà et le marché des Français en Espagne est tout petit, à peine 200 000 personnes. Ce qui nous intéresse ce sont les 50 millions d’espagnols et pour cela nous avons besoin de rentrer dans des réseaux avec des partenaires locaux. A vrai dire, depuis la France, on a du mal a trouver des plateformes locales espagnoles parlant français. Nous avons participé au WOMMs du Ritz 2017, 80 % des convives étaient espagnols, c’était assez efficace et utile. Maintenant, on doit vendre », dit-il en souriant.

Se limiter à faire de la publicité pour des études de marché est un peu has been. Chacun peut le faire à distance avec internet et les résaux sociaux en quelques heures. Ce qui est utile, c’est de rencontrer les bonnes personnes et surtout d’être recommandé. C’est ce que propose WOMMs au travers de ses événements (afterworks, conférences et peut être bientôt à nouveau le Salon). On ne sait pas encore correctement la forme qui sera donné à ce projet mais il y a un besoin réel et quelque chose sera fait. Dans le domaine des start-up par exemple, déjà que l’Espagne est assez déconnectée des eco-systèmes qui existent dans d’autres capitales, aujourd’hui un start-uper français qui veut se lancer à Madrid n’a quasiment pas d’eco-systèmes locaux auxquels se raccrocher : les ubs sont quasi-inexistants, les success stories se comptent sur les doigts de la main depuis 20 ans. Pire encore, les start-up locales qui explosent ne regardent même pas la France comme marché de développement international mais l’Amérique latine, à l’image de Cabify qui a levé son million et qui est juste présent en Espagne et en Amérique latine.

Il y a donc un besoin urgent de proposer des plateformes business aux Français qui soient à la hauteur de la réalité locale.

LCE

A propos de l’auteur

Journaliste

Le Courrier d’Espagne est la première source d’informations en français sur l’Espagne depuis 2004. Le journal est diffusé sur les vols Air Europa et Air France entre l’Espagne et la France. Il est vendu dans plus de 850 kiosques. C’est le seul journal espagnol en langue française vendu en kiosque. Sur internet, lecourrier.es diffuse gratuitement le PDF papier et édite au quotidien des articles partagés sur les réseaux sociaux.

com.lecourrier@gmail.com

Page Facebook

Tweets

Suivez-nous