Digital Sisters : parole aux créateurs hispano-français de start-ups à l’Ambassade

La Ie édition de « France-Espagne : Digital Sisters », une initiative d’Ubifrance et de l’Ambassade de France en Espagne, s’est tenue à la Résidence de France à Madrid le jeudi 13 novembre 2014. Cette première édition a été inaugurée par l’Ambassadeur de France en Espagne, M. Jérôme Bonnafont. Lors de son intervention, l’Ambassadeur a assuré que les nouvelles technologies doivent donner à la France l’assurance de la croissance de demain. « L’innovation et le progrès sont l’ADN de la civilisation occidentale et de l’Europe », a-t-il notamment affirmé. « Nous devons nous approprier les nouvelles technologies pour qu’elles deviennent aussi naturelles en Europe que l’ont été les grandes inventions comme l’imprimerie, la locomotive, le cinéma, la carte à puce etc… » 23 entreprises françaises porteuses de solutions innovantes dans les secteurs des télécoms, des logiciels, du e-commerce ou des service présentes à l’événement ont pu accroître leur visibilité en Espagne, obtenir des rendez-vous qualifiés avec des donneurs d’ordre espagnols ayant des besoins en IT ou services, écouter les experts locaux sur la situation de l’Espagne en matière d’innovation ou bénéficier d’un retour d’expérience. La journée était organisée en 4 temps forts :

  • un cycle de conférences avec pour thème « L’Espagne et l’innovation : une success-story », présenté par le directeur d’Ubifrance Espagne, Richard Gomes. Plusieurs tables rondes se sont succédées sur les thèmes : « L’innovation en Espagne, ça marche ! Forces et faiblesses, l’impact de la crise », « Les français témoignent de leur implantation en Espagne », « Le capital-risque et le financement de l’innovation en Espagne, une incompatibilité, vraiment ? Les décideurs vous répondent ».
  • une séance d’échanges et de présentations dynamiques (pitch-elevator) : un jury d’experts espagnols, composé de Vodafone, Microsoft, Airbnb, Indra, Linkedin, ADigital & Womenalia et un journaliste spécialisé IT et Internet a sélectionné 6 entreprises françaises pour des présentations dynamiques de 4 minutes. L’entreprise Effinity a remporté le premier prix.
  • un atelier « Meetamedia » a permis aux entreprises françaises qui le souhaitaient de se présenter en format speed dating à des journalistes, bloggeurs et influenceurs en Espagne.
  • l’après-midi était consacré à l’organisation de rendez-vous B2B qualifiés.

(Extrait de l’article de l’Ambassade de France en Espagne) En savoir plus sur le site internet de l’événement #DigitalSisters ————- L’avis du Courrier d’Espagne présent pendant l’évènement, aussi bien lors du discours d’ouverture comme de la remise du prix: Il existe encore trop peu d’évènement qui permettent aux créateurs de start-ups d’exister en Espagne depuis les années 2000. C’est à dire depuis le début de l’e-business en Espagne. L’e-business espagnol peut aujourd’hui s’adresser facilement à un marché de 500 millions d’hispaniques ce qui éveille l’appétit des start-ups françaises et il y a de quoi!

Sur la droite le C.M. de Aurbnb Espagne
Un jury d’experts espagnols, composé de Vodafone, Microsoft, Airbnb, Indra, Linkedin, ADigital & Womenalia et un journaliste spécialisé IT et Internet a sélectionné 6 entreprises françaises pour des présentations dynamiques de 4 minutes. L’entreprise Effinity a remporté le premier prix.
Un jury d’experts espagnols, composé de Vodafone, Microsoft, Airbnb, Indra, Linkedin, ADigital & Womenalia et un journaliste spécialisé IT et Internet a sélectionné 6 entreprises françaises pour des présentations dynamiques de 4 minutes. L’entreprise Effinity a remporté le premier prix. Les business angels espagnols sont encore bien trop discrets et les fonds d’investissements espagnols bien trop peu visionnaires dans le secteur. Il faut dire que le « Nouveau marché » boursier  local est quasi inexistant. Cet évènement a non seulement permis le témoignage et l’intervention de créateurs franco-espagnols de start-ups, mais aussi de mettre en contact des français avec des start-ups locales puissantes tel le Country Manager de Airbnb, pur produit de la « sharing economy ». On espère y voir le Country Manager de Uber l’année prochaine… D’après les participants auxquels nous avons parlé, les interventions ont été de qualité et l’organisation à la hauteur de ce qu’attendent les créateurs de start-ups. Une proximité appréciée. P.C. pour Le Courrier