Alain Galibert : « C’est en époque de marasme qu’il faut se lancer »

Caceres – Ancien économiste, Alain Galibert a totalement changé de cap en 2011 avec la création d’une entreprise d’épicerie fine provenant de la région d’Estrémadure.

Alain Galibert s’est installé en Espagne en 1995, mais poursuivra une activité internationale, notamment entre Londres et Paris, pendant de nombreuses années. Spécialisé dans l’analyse économique et boursière, il a travaillé pour de grands groupes financiers. « Avec l’arrivée de la crise, je me suis dit qu’il n’y avait plus trop d’avenir dans ce secteur, j’ai donc décider de changer de métier, se rappelle-t-il, cela faisait longtemps 20 à 30 ans que je m’intéressais aux thèmes de la gastronomie, des produits du terroir, et trois ans que j’y pensais plus concrètement ». Alain Galibert constate notamment que la région d’Estrémadure possède un fort potentiel pour cette activité, une forte tradition gastronomique mais très peu d’organisation autour de la vente des produits. « Le déclic a été ma rencontre avec un agriculteur de la zone de la Véra, nous confie-t-il, il m’a apporté ce que je n’avais pas : le contact direct avec les producteurs locaux ». L’entrepreneur lance avec son associé  Hortelanos de la Vera début 2012.

Une croissance progressive

Hortelanos de la Vera travaille en réseau avec les artisans de la région pour étoffer peu à peu son catalogue. L’entreprise accompagne également ses partenaires en les conseillant pour qu’ils puissent adapter leurs produits aux attentes du marché, tout en gardant leur savoir-faire et leur qualité d’exécution. « Nous ne sommes pas du tout dans une logique de croissance intensive, précise Alain Galibert, nous augmentons peu à peu le nombre des artisans qui travaillent avec vous, et le nombre de produits en catalogue. Nous avons également limité au maximum les coûts fixes. ». Malgré les interrogations et inquiétudes de ses proches, l’ancien économiste n’a pas été ralenti par la situation actuelle de l’Espagne. « C’est en époque de marasme qu’il faut se lancer, déclare-t-il, ceux qui ont créé une entreprise entre 2005 et 2007 ont dû gérer une descente aux enfers; l’avantage de démarrer en bas du cycle, c’est que c’est difficile pendant plusieurs années deux à trois ans mais on se trouve ensuite bien positionné lorsque l’économie repart». Les produits d’Hortelanos de la Vera sont disponibles en vente direct et dans les boutiques gourmets. Deux tiers de la facturation provient de l’exportation.

http://www.hortelanosdelavera.com

A.C.