ACS fait partie de l’AVE aux États-Unis avec un contrat de 1 milliard

Madrid, 12 déc. (EP) ACS s’est adjugée le marché de travaux de construction d’un tronçon de la ligne ferroviaire Grande Vitesse qui reliera Los Angeles à San Francisco, le premier AVE aux États-Unis, pour un montant de 1.235 millions de dollars (environ 993 millions d’euros). Le groupe présidé par Florentino Pérez se positionne ainsi au sein de l’AVE californien, tout en renforçant sa présence éminente sur le marché de la construction et concession nord-américain, une région stratégique pour la compagnie. Le contrat obtenu par ACS dans le cadre de ce projet envisage la construction du deuxième tronçon de la ligne, un tracé d’AVE de 65 milles (environ 105 kilomètres de long), qui va de Fresno au nord de Bakersfield, à Central Valley. Le tronçon, dénommé ‘Construction Package 2-3’, comprend l’exécution de 36 passages à niveau, viaducs et passages souterrains, d’après les informations de California High-Speed Rail Authority, l’entité publique de cet État chargée de promouvoir le projet. ACS s’est adjugée ce marché par le biais d’un consortium qu’elle contrôle à 70% grâce à sa filiale Dragados et de Flatiron (filiale de Hochtief), complété par la nord-américaine Shimmick. Le groupe dont l’entreprise espagnole est à la tête s’est ainsi imposé vis-à-vis de deux autres groupes qui enchérirent ce tronçon de travaux, l’un présidé par l’espagnole OHL et l’autre par la société californienne Tutor Perini, la compagnie qui s’adjugea le premier tronçon de ce premier AVE nord-américain. Trois groupes présentèrent donc leurs offres, sur un total de cinq également intéressés par le projet, parmi lesquels figuraient Ferrovial et la suédoise Skanska. La California High-Speed Rail Authority a souligné dans un communiqué que la sélection du groupe pour la construction de ce deuxième tronçon d’AVE constitue une « échéance importante dans le développement du premier AVE aux États-Unis ». Cet organisme californien présentera l’offre d’ACS, sélectionnée pour avoir remporté le meilleur résultat (96,6 points sur 100) aussi bien dans le cadre de son offre technique qu’économique, lors de la réunion de son conseil d’administration afin que l’adjudication soit ratifiée et formalisée. L’AVE entre Los Angeles et San Francisco permettra de relier ces deux villes en 2029 en moins de trois heures de voyage. Grâce à ce projet, la Californie envisage de relier ces deux importantes régions de l’État, outre contribuer à son développement économique et environnemental, ainsi que créer des emplois. En ce sens, l’organisme public promoteur des travaux estime que la construction du tronçon adjugé à ACS permettra de créer des « milliers de postes de travail » dans la région de Central Valley, « l’une de celles dont le taux de chômage est l’un des plus élevé du pays ». ÉGALEMENT PRÉSENTE À LA MECQUE ACS a obtenu ce projet suite à la construction de tronçons remarqués d’AVE en Espagne, parmi lesquels figurent le tunnel entre Figueras et Perpignan qui relie la France sous les Pyrénées, tout en participant actuellement à la construction de l’AVE La Mecque-Médina. La compagnie, grâce à sa filiale Cobra, fait partie du consortium d’entreprises publiques et privées qui, fin 2011, remporta le dénommé ‘AVE du désert’, le plus grand projet international obtenu jusqu’ici par une société espagnole. En outre, le groupe présidé par Florentino Pérez favorise son activité aux États-Unis, où il est présent par le biais de Dragados et diverses entreprises locales qu’il a acquis ces dernières années, où il a exécuté des travaux éminents comme les agrandissements du métro de New York. ACS est, en outre, présente sur le marché de la concession suite à l’adjudication de plusieurs autoroutes. EUROPA PRESS – Le Courrier d’Espagne avec Sol Marzellier de Pablo (www.smtraductores.com)