400.000 Espagnols ont émigré à cause de la crise

La Chine est l'une des destinations phare
400 mille Espagnols sont partis travailler à l’étranger depuis le début de la crise. Certaines régions sont plus touchées que d’autres et se vident particulièrement de leurs habitants. L’immigration du travail touche énormément les Espagnols, qui quittent le pays pour trouver une meilleure situation ailleurs. Entre 2008 et 2012 ils sont 400 mille à être partis pour travailler ou pour accompagner un proche à la recherche d’emploi. Ces chiffres délivrés par Adecco sont en constante augmentation avec 5.5% de plus qu’en 2011. Au total, il y aurait 1.6 millions d’Espagnols en âge de travailler vivant à l’étranger. Les régions et les jeunes les plus touchés La Rioja, La Navarre et les Baléares sont les régions les plus touchées avec des taux de départ avoisinant les 10% pour 2012. L’Estrémadure et la Galicie sont, elles, les Communautés Autonomes les moins concernées puisque qu’approximativement seulement 4% de leurs habitants s’en vont. Il faut cependant noter qu’en 2012, toutes les régions ont connu des départs plus importants. Parmi les catégories de population les plus touchées on retrouve, comme souvent, les jeunes. Selon les données d’Adecco, le profil type de l’expatrié espagnol est un jeune entre 25 et 35 ans, diplômé et sans charges familiales. Cependant, ce profil tend à évoluer puisque de plus en plus de chômeurs de plus de 45 ans et avec une famille cherchent des emplois à l’étranger. Les candidats à l’émigration se rendent à la fois dans les pays voisins comme la France ou la Norvège, mais ils se dirigent aussi de plus en plus vers la Chine et l’Amérique Latine. L’Argentine et le Brésil sont des pays attractifs pour ses désenchantés. Ces pays offrent de meilleures conditions de travail et de plus grandes opportunités de carrière, sans oublier une qualité de vie plus sereine, car moins touchés par cette crise. Julie C.